Le 2nd cycle du secondaire: guider et responsabiliser

Publié le par genius-soutienscolaire

Fatigué par une classe de seconde difficile, inquiet pour son avenir, le lycéen peut se décourager. D’où l’urgence de le remotiver par un projet personnel, pour qu’il s’imagine au-delà du bac et fixe son cap.

Passer un contrat avec lui en début d'année

L’adolescent qui rêve de prendre son envol ne semble aspirer qu’à une seule chose : échapper aux contraintes scolaires et familiales, devenues pesantes. Deux écueils : soit il sort trop, et ses amis et ses loisirs débordent sur sa scolarité ; soit il ne sort pas assez, et il s’enferme dans un monde virtuel (jeux vidéo, réseaux sociaux), déconnecté de la réalité. Ces deux dérives risquent de le faire décrocher. Il est donc essentiel de définir avec lui, avant la rentrée, un cadre à son travail, sur la base d’un contrat dans lequel l’ado s’engage à équilibrer sa vie sociale et sa vie scolaire. S’il déroge à la règle, mieux vaut lui demander de donner de son temps et de sa personne plutôt que, par exemple, le priver de sport, ce qui est infantilisant et source de déséquilibre pour son hygiène de vie. Il pourra ainsi passer l’aspirateur pendant une semaine, encadrer les devoirs de son petit frère, faire les courses… Avoir des responsabilités, agir, permet de se connaître, d’acquérir une image de soi positive et de reprendre contact avec la réalité. Pour ces mêmes raisons, les parents pourront encourager le travail en binôme avec un camarade ou en petit groupe, idéal à cet âge pour augmenter la motivation.

biologie,chimie,études,étudiants,expériences,filles,formation,garçons,laboratoires,microscopes,photographies,science,sourire,sourires

Identifier ensemble ses points forts et ses besoins

Avant d’élaborer son projet personnel (choix de ses études postbac, d’un métier), l’adolescent doit être guidé pour mieux s’interroger sur ses atouts, ses besoins, ses envies, ses priorités dans la vie, ses valeurs, ses goûts et centres d’intérêt… Au terme de ce processus, l’objectif émerge. Même imprécis, il apporte la motivation indispensable pour avancer. Les parents ont un rôle essentiel à jouer lors de cette étape, car ils ont une représentation globale de leur enfant. Contrairement à ce dernier, qui a tendance à séparer sa vie scolaire de sa vie personnelle. Pour développer une vision large de ses compétences, les parents ne doivent pas se cantonner à ses résultats scolaires, mais prendre en compte ses activités artistiques, sportives ou associatives. Le lycéen qui joue dans un groupe de rock fait preuve de créativité et de persévérance, il construit avec les autres, apprend à organiser des concerts. Le reconnaître, le lui dire peut l’aider à identifier des atouts et des besoins qu’il pourra articuler à son parcours de lycéen. Transférer dans son travail scolaire des compétences reconnues dans un autre domaine est un facteur de motivation.

L’aider dans l’élaboration de son projet professionnel

Une étape importante consiste à accompagner le lycéen dans la construction de son projet, il réussira mieux si la période de l’après-bac est moins abstraite. Il s’agit de prendre en compte son désir, ses qualités, son niveau scolaire… tout en se gardant de projeter sur lui ses propres ambitions ! Les parents peuvent l’amener à rencontrer des professionnels des secteurs qui l’attirent, qui lui parleront de leur métier, des compétences requises, des contraintes et des satisfactions. Effectuer un stage lui permettra de confronter ses compétences à la réalité. Tout comme expérimenter quelques jours sans « nouvelles technologies » le connectera à ses ressources internes. Une fois son projet défi ni, les parents l’inciteront à chercher des informations pour connaître les filières lui permettant de le réaliser. Sans oublier que cette première orientation évoluera sans doute au fi l du temps… Imaginer qu’il va s’enfermer dans une filière est à la fois angoissant pour lui et faux. Les sociologues prédisent que les étudiants d’aujourd’hui exerceront sept ou huit métiers. Qu’il se lance donc, sans appréhension !

 

Anne Lanchon pour Psychologies Magazine

Publié dans Vie Scolaire

Commenter cet article